SlowMod, ou comment remettre du style dans la seconde main !

Réticent.e à la seconde main ? Accro du shopping de la fast fashion ? La rencontre avec cette entrepreneure pourrait bien vous faire changer d’avis !

Pour comprendre comment est né SlowMod, il faut tout d’abord revenir à l’histoire de sa fondatrice et les raisons qui l’ont poussées à lancer sa boutique de seconde main.

Le portrait de Justine

Justine était ce qu’on peut qualifier une accro du shopping et plus particulièrement de la fast-fashion. Anciennement associée dans une agence spécialisée dans le digital, elle était passionnée par son travail et ne prenait plus le temps de voir ce qu’il se passait autour d’elle. Pendant ses pauses, elle prenait plaisir à faire du shopping (beaucoup de shopping). Mais il y a maintenant 2 ans, Justine est tombée enceinte de son premier enfant et a eu une véritable prise de conscience : elle consommait beaucoup trop et elle voulait que son enfant porte des produits de qualité et respectueux de l’environnement.

Elle s’est alors rendue compte que les prix étaient bien plus élevés et que ce type de produits n’étaient pas à la portée de tous.

« Mais comment proposer des produits de bonne qualité, accessibles au plus grand nombre, tout en respectant la planète ? »

C’est à la suite de ce questionnement qu’elle s’est alors mise à fond dans la seconde main, à chiner dans les friperies, chez Emmaüs… et s’est lancée un défi : ne plus acheter de vêtements neufs !

Et c’est en janvier 2019 qu’elle a décidé de lancer sa boutique de seconde main et que SlowMod a ouvert ses portes en septembre 2019.

Au final, ses objectifs sont de rendre les produits désirables, de proposer du vintage mais pas que et surtout, de remettre du style dans la seconde main pour femmes, les hommes et les enfants.

Pourquoi vous devez craquer pour SlowMod ?

Parce que SlowMod ne propose pas « simplement » de la seconde main. Justine et son équipe rachètent des vêtements du service de location Le Closet et travaillent aujourd’hui avec Lille Sud Insertion (LSI), une association d’insertion par l’économie afin de réparer, repriser ou revaloriser les vêtements (on parle alors d’upcycling).

Les prix ont été fixés en fonction des autres friperies situées dans la métropole mais ­­aussi en fonction du prix que serait prêt.e à mettre un.e client.e : « combien est-ce que j’accepterais de payer si je devais l’acheter ? ».

Et en boutique, vous ne trouverez pas d’étiquettes accrochées aux cintres, mais des nœuds en laine où chaque couleur indique les différents tarifs.

La petite nouveauté : très bientôt, vous pourrez participer à des ateliers de broderie, de couture ou d’upcycling à partir de 20€ d’une durée de 1h-1h30.

Alors, ça vous a donné envie de passer à la seconde main ?

Rendez-vous au 63 rue Pierre Mauroy, 59800 Lille, du mardi au samedi et de 10h30 à 19h00 ou retrouvez-les sur leur site internet : www.slowmod.fr

Un petit doute sur l’upcycling ?

A très vite,

Clem.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :