Mon parcours de formation en communication

Mon parcours de formation - Website

Et si aujourd’hui on parlait formation ? Alors pas de n’importe quelle formation, mais celle que j’ai suivi en communication depuis ma première année « universitaire ».

Pour celles et ceux qui ont lu mes précédents articles, vous savez que je suis partie à Taïwan pendant un an après mon baccalauréat, grâce au programme du Rotary Youth Exchange.

Mais ce que vous ne savez pas, c’est qu’avant de partir à l’étranger, je ne voulais pas être prise de court une fois rentrée en France. J’avais besoin de savoir ce que j’allais faire une fois mon année à Taïwan terminée.

L’année du baccalauréat, comme pour beaucoup, fût une année assez complexe car je devais choisir les études (ou pas) que j’allais poursuivre. La chance que j’ai eu est que mes parents m’ont toujours soutenu dans les choix que je prenais et ne m’ont jamais imposé quoi que ce soit (on parle des études bien évidemment ;)). Lors de mon année de terminale, je ne savais ABSOLUMENT PAS ce que je voulais faire, par contre, je savais ce que je ne voulais PAS faire : études scientifiques, littéraires, économiques, commerce… Je ne souhaitais pas intégrer la faculté car j’avais besoin d’étudier dans un cadre et je préférais les « petites classes ». Le côté manuel m’intéressait mais ce n’est pas vers quoi mon envie tendait à l’époque… Enfin bref, vous l’aurez compris, c’était un peu compliqué !

La communication, mon dada depuis des années

Et puis un jour, après avoir passé 36000 questionnaires sur internet, acheté 100 magazines sur l’orientation et être allée à 20 salons (non je ne suis pas dans l’abus du tout)… j’ai assisté à une Journée Portes Ouvertes d’une école de communication : l’ISCOM Strasbourg.

Alors vous m’excuserez, je ne vous explique pas COMMENT je suis tombée sur l’annonce de cette école car cette période est un peu floue, mais le plus important c’est de vous raconter le pourquoi du comment « dans les grandes lignes » n’est-ce pas ?

Par chance, le week-end où l’ISCOM Strasbourg faisait une JPO, j’étais sur place pour raisons familiales. Accompagnée de mon papa, nous avions loupé la séance de présentation de l’école (oups)… Mais la directrice de l’époque fût très aimable et nous avons eu le droit à une présentation privée. À l’époque, la question la plus importante pour moi était de savoir si je pouvais intégrer l’école à mon retour de Taïwan. La réponse était OUI, avec la garantie d’avoir réussi le concours d’entrée.

BINGO, mon choix était fait. Lorsque j’ai passé le concours (oral et écrit sur une journée), j’avais choisi la filière « Marketing & Publicité » parce que le programme me tentait. Quelques semaines plus tard, concours validé, bac en poche et hop, je m’envolais pour Taïwan.

Cependant, au cours de cette année à l’étranger, la directrice de l’école appela mes parents car un nouveau programme avait ouvert, le programme « FRANCO-ALLEMAND ». Et le fait est que… J’avais passé un bac européen allemand et qu’ils recherchaient des étudiants à rejoindre cette filière. Alors BANCO, j’avais accepté de rejoindre ce programme à la rentrée 2014.

Allier la théorie à la pratique

L’avantage de l’ISCOM, c’est que j’ai eu l’opportunité de réaliser des stages tous les ans, ce qui m’a permis d’allier la théorie à la pratique, les cours étaient donnés par des professionnels et nous avions régulièrement des mises en situation avec de véritables clients. Je suis restée à l’ISCOM Strasbourg pendant 3 ans où j’ai pu réaliser 4 stages :

  1. Assistante communication – Base aérienne 116 (Armée de l’air) de Luxeuil – Saint-Sauveur : organisation d’un meeting de l’air ;
  2. Assistante chefs de projets – Agence Boulevard de la STIM : organisation de voyages et d’évènements pour les entreprises
  3. Assistante chef de production – Agence MAGIC GARDEN : organisation de l’ETE Defacto à La Défense
  4. Assistante chefs de projets – Agence ADR : organisation d’événements dans les domaines du Luxe, de la Mode et du Cinéma

Après l’ISCOM Strasbourg, j’ai décidé de « rester » dans la même école mais à l’ISCOM Paris, afin de poursuivre le programme « Public Relations Management – Majeure Lobbying & Communication publique ». Cette filière m’intéressait énormément et mon dernier stage m’avait fait avoir un déclic : je ne souhaitais plus seulement faire de l’événementiel, mais aussi du conseil auprès d’entreprises. C’est pour cette raison que je me suis tournée vers des agences et des cabinets de conseil en stratégie de communication pour ma quatrième année. Après plusieurs candidatures, j’ai finalement rejoint le cabinet CLAI, où j’ai réalisé l’une de mes meilleures expériences en entreprise. Non seulement pour la diversité des missions réalisées, la confiance qui m’a été accordée mais également pour les collègues qui travaillaient au sein du cabinet. Pour tout vous dire, les premiers mois de stage ont été compliqués car j’arrivais dans un milieu que je ne connaissais pas. Le travail était intense et j’avoue que je ne me sentais pas à la hauteur des missions qui m’étaient confiées. Pourtant, en l’espace de 3 mois, j’avais énormément appris. Ce stage m’a permis de me dépasser, de me cultiver sur des tas de sujets et d’apprendre sur le métier de conseil.

Un changement d’école qui fût nécessaire

À la fin de ma quatrième année, je savais que je voulais poursuivre pour une dernière année, mais je ne voulais pas rester à l’ISCOM. J’avais besoin de changements. Je voulais rejoindre une école où le Mastère spécialisé en communication était très bon, voir excellent et surtout, en alternance. À l’époque, le MSc Communication d’entreprise de la NEOMA Business School était classé n°1, le programme était plutôt pas mal et me semblait complet, même si je savais que j’allais revoir des notions déjà apprises et acquises. Hop, une fois ma décision prise, le dossier complété, et l’oral réalisé, je m’apprêtais à réaliser ma dernière année d’études au sein de cette école, à Paris.  

L’année qui a suivi ne fût pas de tout repos, elle fût même très intense car en plus des études, j’ai réalisé mon alternance au sein de The Walt Disney Company en tant qu’assistante communication corporate. J’avais 3 jours de cours (1 jour = 7 heures) toutes les deux semaines, avec des devoirs, des challenges, des travaux individuels et collectifs et derrière, il fallait assurer dans l’entreprise. Et cette année a pris fin en décembre 2020 après avoir rendu ma thèse professionnelle et passé mon oral de soutenance.

Une année remplie de challenges et qui fût riche en rebondissements mais que je suis très contente d’avoir terminé !

Et vous, quel est votre parcours ?

A très vite,

Clem.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :